Les sociétés à l’épreuve du changement climatique éduquer – agir – gouverner

Pour un dialogue innovant sur le changement climatique

La Lettre n°1

Poster un commentaire

Bienvenue à l’université européenne d’été 2015

IMG_8530Le climat est devenu en plusieurs décennies un objet complexe, qui met en relation la science, laquelle explore les origines et les causes de son changement, l’économie et la société. Face à ce processus inscrit dans la durée, nos concitoyens prennent de plus en plus la mesure de la discontinuité que nous vivons et allons vivre. Les mises à l’agenda des parties prenantes et des politiques se sont succédées depuis la conférence de juin 1992 à Rio. La COP 21 les rassemblera à nouveau dans un contexte évolutif marqué notamment par l’arrivée de nouveaux acteurs, comme les territoires et les entreprises, et par une mobilisation de la société. L’IHEST se propose de s’emparer de ce sujet pour revisiter les relations entre science et société, science et politique – objets de plusieurs universités antérieures – en se concentrant sur trois angles : représenter et éduquer, agir et réagir, gouverner et décider.
Il est classiquement admis qu’il existe deux entrées principales pour penser le rapport de la science à la politique : la rationalisation du processus de décision – l’expertise – et la mise à l’agenda de questions scientifiques – le débat public. Au cœur des échanges intervient un troisième acteur, médiateur entre science et politique : l’expert. Une des particularités du changement climatique est que l’expertise s’y développe à l’échelle mondiale. Pour certains, les attentes à l’égard de l’expert ne sont pas identiques d’un pays à l’autre. Pour d’autres, les questions mondialisées appellent une mondialisation de l’expertise.
Quant au débat public, c’est un moment particulier où les agendas politiques et scientifiques convergent. Qui est responsable de la mise à l’agenda de questions mêlant science et politique ? Quels doivent être les espaces de débat, de négociation, de décision ? Quelles articulations existe-t-il entre les différentes échelles de décision ? Quelles interactions observe-t-on entre entreprises, ONG, institutions de recherche, élus et législateurs ?
En entrant en politique, le climat est devenu l’objet de débats où se confrontent et s’affrontent différentes normativités, représentations, idéologies et valeurs, qui plus est dans un contexte de mondialisation. Cela pose fondamentalement la question des représentations culturelles et de l’éducation, des actions et des réactions, des acteurs et des institutions, toutes dimensions qui seront examinées durant l’université. Il faut alors, comme l’explique le philosophe Heinz Wismann, bien comprendre où résident les intérêts respectifs de la science et du politique, distinguer les temporalités des acteurs, et mettre les impératifs de court terme en regard  des objectifs de long terme.
Marie-Françoise CHEVALLIER-LE GUYADER
directrice de l’IHEST

lettre N°1

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s