Les sociétés à l’épreuve du changement climatique éduquer – agir – gouverner

Pour un dialogue innovant sur le changement climatique


Poster un commentaire

L’appel de l’Océan pour le climat

Alors qu’il absorbe le quart des émissions de gaz à effet de serre et fabrique la moitié de l’oxygène présent sur Terre, l’océan apparaît aujourd’hui comme le grand oublié des négociations en cours censées déboucher sur un accord permettant de limiter à 2°C le réchauffement climatique de la planète. Face à ce constat, la Plateforme Océan et climat, une structure réunissant ONG et instituts de recherche, a lancé un appel pour que l’océan retrouve la place qu’il mérite dans les discussions en cours.

« A l’issue de la Conférence Climat Paris 2015 (COP21), il est absolument nécessaire d’obtenir un accord ambitieux pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre.
Il est également impératif que l’océan – deux tiers de la surface du globe – soit intégré explicitement dans le futur régime climatique de manière à :

  1. Renforcer la capacité de l’océan à atténuer les changements climatiques, grâce à des écosystèmes marins protégés et fonctionnels en mesure de stocker le CO2,
  2. Relever les défis de l’adaptation des régions littorales et côtières, les pays insulaires étant souvent les plus vulnérables,
  3. Intégrer, dans les mécanismes de financement climatique, les projets de gestion durable et de conservation de la biodiversité marine et côtière, en particulier ceux qui concernent les aires marines protégées,
  4. Développer des solutions innovantes dans le domaine de l’énergie, de l’alimentation et des transports maritimes,
  5. Poursuivre l’investissement dans la recherche scientifique, afin de mieux comprendre les interactions océan-climat et d’orienter l’action politique en conséquence. »

Pour en savoir plus :Sans titre

. Site de la Plateforme océan et climat


Poster un commentaire

Qu’est-ce que l’écologie intégrale ?

laudate-siLes réactions sont nombreuses dans le monde entier suite à la publication jeudi 17 juin de Laudato Si, la dernière encyclique du pape François consacrée à la question climat. Au cœur de ce texte, un concept : celui d’écologie intégrale. De quoi s’agit-il ? D’une conception extensive de l’écologie avancée dans le cadre de l’enseignement social de l’Eglise invitant l’homme à repenser son lien avec la nature et sa responsabilité envers cette dernière. Déjà présent dans l’encyclique Centisimus annus de Jean-Paul II puis repris par Benoit XVI, le thème d’une écologie humaine reposait sur le constat d’un décalage entre les efforts mis en œuvre pour promouvoir le respect de la nature et le manque d’intérêt pour la protection de l’homme lui-même. Dans ce nouveau texte faisant le constat de la complexité de la situation, le pape François rappelle que l’homme ne peut concevoir la nature comme un simple cadre de vie séparé de lui et que l’analyse des problèmes environnementaux est inséparable de l’analyse des contextes sociaux, humain et de travail. Pensée comme un nouveau paradigme de justice fondé sur l’idée de bien commun, cette notion écologie intégrale constitue également une adresse aux institutions, vivement interpellées par François : « Le problème est que nous n’avons pas encore la culture nécessaire pour faire face à cette crise ; et il faut construire des leaderships qui tracent des chemins, en cherchant à répondre aux besoins des générations actuelles (…), sans nuire aux générations futures. Il devient indispensable de créer un système normatif qui implique des limites infranchissables et assure la protection des écosystèmes, avant que les nouvelles formes de pouvoir dérivées du paradigme techno-économique ne finissent pas raser non seulement la politique mais aussi la liberté et la justice ».


. Laudato si – Sur la sauvegarde de la maison commune, Lettre Encyclique du Souverain Pontife François, juin 2015 (Texte intégral)