Les sociétés à l’épreuve du changement climatique éduquer – agir – gouverner

Pour un dialogue innovant sur le changement climatique


Poster un commentaire

Une Nuit Blanche placée sous le signe du changement climatique

Pour l’édition 2015 de la Nuit Blanche, la mairie de Paris a choisi de placer la programmation de cette manifestation étonnante et populaire sous le signe du changement climatique. Migration des espèces, montée des eaux, fonte des glaces : les artistes retenus ont souhaité jouer à fond la carte environnementale, en proposant des œuvres immersives et spectaculaires. Ainsi, l’installation Ice Monument, signée par le chinois Zhenchen Liu, a donné à admirer 270 blocs de glace colorés d’un mètre de haut se liquéfiant lentement tout au long de la nuit afin de former un immense tableau abstrait sur le parvis de l’Hôtel de ville de la capitale.

nuit-blanche-2015-paris_5429259

Pour en savoir plus :
. Sur la Nuit Blanche


Poster un commentaire

Jean-Baptiste Fressoz : Il faut repartir de grands choix collectifs

Il faut sortir de l’idée que c’est une question de grandes utopies, et qu’il faut proposer un avenir désirable aux gens. C’est une question beaucoup plus simple de lutte contre les intérêts particuliers. Il faut parler de chose très simples, repartir des grands choix économiques et politiques collectifs…

IHEST – Jean-Baptiste Fressoz – – Université d’été 2015 – Les sociétés à l’épreuve du changement climatique from VideoScopie Production on Vimeo.


Poster un commentaire

L’intérêt général : un compromis à construire ?

C’est à partir d’un exemple concret – la procédure à l’origine du choix de la ville de Berlin pour devenir la capitale de l’Allemagne – qu’Ivar Ekeland illustre la thèse selon laquelle l’intérêt général n’est pas une donnée a priori mais un compromis à construire. Selon lui en effet, la théorie économique ne reconnaît que les intérêts particuliers. C’est pourquoi les choix collectifs résultent, non de l’intérêt général, mais bien des préférences individuelles autant que des procédures. L’économiste ne peut donc ni définir l’intérêt général, ni identifier le but à atteindre. Il ne peut que proposer des moyens en vue d’une fin – ces moyens devant tenir compte de la situation concrète. Un constat qui rend Ivar Ekeland assez sceptique quant à la capacité d’action des gouvernements face au problème du réchauffement climatique, tant leurs intérêts particuliers divergent.

Pour en savoir plus :
. Les controverses en économie, Ivar Ekeland, Université européenne d’été 2013 La controverse, enjeux scientifiques, enjeux de société
Voir la synthèse de l’université d’été 2013