Les sociétés à l’épreuve du changement climatique éduquer – agir – gouverner

Pour un dialogue innovant sur le changement climatique


Poster un commentaire

Amy Dahan au micro de Bastamag

« L’alerte scientifique n’a jamais suffi à déclencher l’action ». Tel est le constat d’Amy Dahan, historienne des sciences, qui décortique depuis des années les arènes des négociations où s’entremêlent intérêts électoraux, enjeux économiques et géopolitiques.

A quelques semaines de la COP21, que peut-on dès lors attendre des prochaines négociations ? Amy Dahan dans un long entretien accordé à Bastamag.

« Basta ! : À quelques semaines de la COP 21, environ 146 pays ont présenté leur feuille de route. Ces contributions volontaires nationales, qui ne sont que des promesses, ne permettent pas de contenir l’augmentation de la température en deçà de l’objectif des 2° C par rapport à la période préindustrielle. Comment expliquer ces atermoiements alors que l’urgence climatique ne fait plus de doute ?

Amy Dahan [1] : Ces atermoiements ne me surprennent absolument pas. Ils sont dans la continuation des problèmes géopolitiques qui se sont exprimés depuis une vingtaine d’années. L’alerte scientifique sur la dégradation du climat et les bouleversements prévisibles n’ont jamais suffi à déclencher l’action. Le problème climatique n’est pas seulement un problème environnemental : il est aussi économique, géopolitique, de civilisation. Il y a des conflits très forts entre toutes ces dimensions du problème, les pays ont des intérêts. La plupart des grandes puissances du monde – États-Unis, pays producteurs de pétrole, puissances émergentes – ne sont pas prêtes à prendre aujourd’hui des engagements plus ambitieux et à aller plus loin. »

(…)

Pour en savoir plus :
. Lire l’intégralité de l’interview

 

Publicités


Poster un commentaire

Paris 2015 : le dossier de Vie Publique

A 100 jours du lancement de la conférence climat de Paris devant aboutir à un accord international sur le climat venant succéder au protocole de Kyoto à compter de 2020, le site Vie-publique met en ligne un dossier d’actualité très complet (« Paris 2015 : à la recherche d’un nouvel accord international sur le climat ») pour mieux appréhender le contexte dans lequel s’inscrit la conférence de Paris.

La prise de conscience des dérèglements climatiques date de 1992, lors du Sommet de la terre à Rio de Janeiro, qui a abouti à la signature de la Convention cadre des Nations Unies sur le changement climatique (CCNUCC). En 2005, entre en vigueur le protocole de Kyoto : pour 38 pays industrialisés, sont fixés des objectifs contraignants de réduction des gaz à effet de serre (GES). Ce dispositif, après avoir été prolongé, arrive à échéance en 2020.

Après l’échec de la conférence de Copenhague en 2009, la conclusion d’un nouvel accord international sur le climat, applicable à compter de 2020, est reportée à Paris 2015. Dans cette perspective, l’Union européenne et les 195 pays signataires de la CCNUCC sont invités à communiquer leur contribution à la lutte contre le changement climatique au cours de l’année 2015. Les contributions reçues avant le 1er octobre 2015 doivent ensuite être agrégées dans un rapport de synthèse. Il s’agit de mesurer, avant l’ouverture de Paris 2015, l’écart entre les contributions proposées et l’objectif de limitation de la hausse des températures, fixé à 2°C d’ici 2100.

Les données scientifiques récemment publiées attestent de la nécessité d’une action urgente. Dans son cinquième rapport d’évaluation publié en novembre 2014, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) indique que, sans effort supplémentaire, la hausse des températures devraient se situer entre 3,7 et 4,8°C d’ici 2100, par rapport à la période préindustrielle (1850–1900).

Le dossier de Vie-publique offre l’occasion de mieux comprendre :

  • Les conférences internationales sur le climat (COP) ;
  • Le protocole de Kyoto ;
  • La conférence de Copenhague ;
  • Les points clés des négociations à venir ;
  • Le diagnostic posé par le GIEC ;

viepubliquePour en savoir plus :

. Lire l’intégralité le dossier


Poster un commentaire

COP21 : le point sur les contributions nationales

Le 1er juillet 2015, 44 pays ont publié leurs propositions d’engagements en amont de la conférence Paris Climat 2015. A cette occasion, Filière 3e (L’information des professionnels de l’éco-efficacité énergétique) a publié sur son site une première analyse des contributions rendues. Si de grandes puissances telles que l’Union Européenne, la Russie et les Etats-Unis ont annoncé leur plan de transition énergétique pour la période après 2020, il est à noter selon cette analyse :
. Une transition énergétique limitée.
. Des contributions prisonnières des réglementations.
. De trop faibles contributions.

contributions

Pour en savoir plus :
. Le point sur les contributions nationales de la filière 3e
. Décryptage : les contributions prévues déterminées au niveau national (INDC)


Poster un commentaire

« Il était une fois le climat » : l’appel à contributions de Mediapart

« Le climat change, et vous ? Vivez-vous différemment depuis que vous savez que le climat se dérègle et que nous, les humains, en sommes la cause ? Voyez-vous des signes du changement climatique autour de vous : des floraisons prématurées, des oiseaux migrateurs survoler vos têtes plus tôt que d’habitude, des glaciers disparaître, des rivières s’assécher ? Perdez-vous espoir ou rêvez-vous plus que jamais d’un autre monde ? »

m
Telles sont les questions posées par la rédaction de Médiapart à ses lecteurs dans le cadre de l’appel à contributions « Il était une fois le climat » lancé le 15 juillet dernier. En partenariat avec le Festival du livre et de la presse d’écologie, Mediapart ouvre en effet ses colonnes à tous ceux qui le souhaitent jusqu’au 15 septembre, pour venir raconter comment ils vivent le dérèglement du climat au quotidien, ce qu’ils observent, ce qu’ils ressentent, comment ils y réfléchissent et ce qu’ils aimeraient en dire. Les meilleures contributions seront présentées, lues et discutées lors du Festival du livre et de la presse d’écologie, à Paris, les 17 et 18 octobre prochains.

Pour en savoir plus :
. Page de l’appel à contribution